Réduire vos impôts 2019 : les décisions à prendre avant le 31 décembre (Le Revenu, Novembre 2018)

Réduire vos impôts 2019 : les décisions à prendre avant le 31 décembre (Le Revenu, Novembre 2018)

Réduire vos impôts 2019 : les décisions à prendre avant le 31 décembre (Le Revenu, Novembre 2018)

La mise en place du prélèvement à la source le 1er janvier 2019 perturbe les stratégies de défiscalisation de fin d’année. Le Revenu a identifié quatre dispositifs qui restent efficaces. Pour lire l’article complet : CLIQUEZ ICI

Le 31 décembre, il sera trop tard ! Pour réduire vos impôts 2019 sur les revenus 2018, vous devez impérativement agir avant la fin de l’année. Le Revenu vous propose de profiter en toute légalité de quatre dispositifs fiscauxqui restent efficaces malgré «l’année blanche» et la mise en place du prélèvement à la source le 1er janvier 2019. Vous pouvez les cumuler, en fonction de votre situation personnelle, dans la limite du plafonnement global des niches fiscales à 10.000 euros.

Réduction d’impôt au titre des investissements forestiers (article 199 decies H du CGI)

« Le contribuable bénéficie d’une réduction d’impôt s’il réalise des investissements forestiers entre le 1er janvier 2014 et le 31 décembre 2020. Comme vous n’allez pas acquérir un bois, a fortiori une forêt entière, d’ici la fin de l’année dans le seul but de payer quelques milliers d’euros d’impôt en moins en 2019, le plus simple est de souscrire au capital de groupements fonciers forestiers (GFF). Les GFF sont des sociétés civiles dont le but est d’acquérir et de gérer des bois et forêts ou des terrains à boiser. En contrepartie de l’avantage fiscal, le souscripteur doit conserver ses parts huit ans, sauf en cas de licenciement, décès ou invalidité rendant l’exercice d’une activité quelconque impossible. La réduction d’impôt est égale à 18% des sommes investies prises en compte dans une limite annuelle de 5.700 euros pour les personnes seules et 11.400 euros pour un couple, soit un gain fiscal maximal de 2.052 euros. Attention au prix des parts qui a flambé ces dernières années dans le sillage du dispositif ISF-PME, aujourd’hui disparu, auquel étaient éligibles certains GFF. »

Par Christian Fontaine

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn